Category Archives: Thoughts

Superstitieux ?

Vendredi 13

Voie 13

Voiture 13

Place 1 13

Décidément il y a des jours comme ça!

Je joue au loto ?

Je descends du train ?

En fait je ne m’étais même pas rendu compte qu’aujourd’hui était le Vendredi 13 😉 mais le hasard était trop beau !

 

Advertisements

Il fait beau !!

Amusantes ces expressions qui se veulent factuelles et qui en fait ne sont que des jugements …

Il fait beau ….

Pourtant la tempête en mer c’est magnifique… mais pas beau …

La pluie sur la ville vaut parfois le détour même si il ne fait pas beau…

L’orage qui zèbre le ciel, puissant et impressionnant, c’est pas beau

La neige qui tombe et recouvre la campagne pas beau non plus …

Les cumulo nimbus qui s’étirent en de mystérieuses formes, pas beau !

L’arc-en-ciel qui fend le ciel, pas beau!!

Le soleil qui tape, dessèche la terre, il fait beau (ou grand beau 😉 )

Et bien non!! Il y a du soleil et c’est tout!

Pour la beauté chacun décide, na!

img_20180330_1827418860682888195010877.jpg

Life is like being on a motorway …

You probably heard that life is like a box of chocolate, you never know what you’ll gonna get. In fact I am not sure I would agree, if you look on the back of the box you know what you can get, you can choose when you wanna pick a new chocolate and so on.

In fact somebody gave me an idea which I believe is much more accurate ….

Life is like being on a motorway….

You drive at the speed you want, you got the option to take some exits or not.
Like in your life.

You might see some wonderful landscape, but if there is no exit you cannot reach them. Like IRL.

Some time you take the wrong exit and end-up in a dead end.
Like in real life.

To reach a place you might need to take a long road with many stages in the middle… Like in your life.

You will only be able to meet the people stopping in the same service station as you. You might see them for a while and never meet again.
Some might jump in your car fro a couple of stops, some might jump out.
Some might do hitch-hiking.

You will have bad weather, great sun, you will witness accidents, death

You will never be sure of the destination until you reach it.

Life is a motorway!

Le Grand Pardon…

“Le Pardon ? Sweet, tu as déjà écrit un article sur le sujet … Tu deviens gâteux!!”

“Oui Conscience, j’ai déjà écrit sur le sujet, je sais, je peux même te dire que c’était

“Ben alors contente toi de faire un lien vers ton article et arrête de polluer le net !!”

“C’est une option, en effet…
Je vais malgré tout en choisir une autre et l’écrire mon article !”

“Tu es vraiment à court de sujet pour te répéter de la sorte ?”

‘Je te rassure, ou pas 😉 ..
Mon imagination fertile ne me laisse jamais à court d’idée et au moins 2 sujets ont retenu mon attention!”

” Si tu le dis…
En attendant, et avant de perdre mon attention, pourquoi comptes-tu re-visiter le pardon?

‘Je te dirais que c’est dans l’air du temps..
En fait, c’est une discussion avec ma tendre et douce qui m’a incité à rafraîchir le sujet.”

“oh oh, tu aurais donc quelque chose à te faire pardonner par ta copine ?”

‘Non, et tu le sais très bien, néanmoins ses questions m’ont semblé légitime et j’ai décidé de vous en faire profiter 🙂 ”

“Mouais …
Je t’écoute, mais que d’une oreille, il re transmette le mariage de l’année sur W9, ça c’est intéressant et c’est pas du réchauffé  !!”

“Je t’en prie, je sais bien que tu es royaliste de toute façon!!
Le pardon donc …
Lorsque j’ai écrit l’article, il y a un petit peu plus d’un an, j’étais dans une situation encore délicate dont je voulais me sortir.
Parfois on patauge dans un marais dont on a du mal à s’extirper, et on ne réalise pas que des chaînes nous entravent, que nos poches sont remplies de poids. On se débat, on essaye d’avancer, on voit la fin du marais, mais on ne peut l’atteindre.
J’étais exactement dans cette situation.
Et puis un jour, j’ai décidé de pardonner. Oui, je l’ai décidé.
Je n’ai pas décidé d’oublier, non, ce qui a été vécu ne peut pas s’effacer.
J’ai décidé de laisser ce passé derrière moi, de m’en détacher, de ne plus me tenir grief, de ne plus lui tenir grief.
A quoi bon de toute façon!”

“L’émission est terminée et ton histoire m’intéresse, surprenant ….
Tu peux continuer ?”

“Maintenant que tu m’a interrompu je vais peut-être pouvoir continuer !!
A quoi bon disais-je donc!
Je ne peux pas changer le passé, je peux simplement apprendre pour ne pas renouveler les mêmes erreurs.
Je ne pouvais pas la changer, je ne pense pas que je l’aurais voulu d’ailleurs, et puis j’attendais quoi, qu’elle vienne s’excuser, pour satisfaire qui? mon Ego ?
La situation était ainsi, nous étions séparés, nos vies allaient suivre désormais des cours différents.
A quoi bon m’accabler, a quoi bon remuer mes erreurs dans la plaie béante?
A quo bon l’accabler, l’accuser de tous les maux, l’insulter, la vomir ?

Pour commencer je l’ai pardonnée, je l’ai absoute de ses fautes.
Ensuite je me suis pardonné mes erreurs, mes atermoiements.

Et là, ô surprise, j’ai ressenti un poids se lever, la pression sur mon thorax s’est relâchée, j’ai pu respirer pleinement.

En quelques instants mon corps s’était allégé!”

“Tu es devenu mystique ?”

“Je ne crois pas, je pense par contre avoir saisie l’importance du pardon et son rôle dans la religion”

“Tu es sûr que c’était bien le pardon, et pas que tu t’en fichait maintenant?”

“Oui, c’était bien le pardon!
je crois d’ailleurs qu’il est sain de pardonner lorsque la douleur se fait encore ressentir.
Si l’on attend que la douleur soit devenu diffuse, que l’indifférence ait pris place, on risque de garder des chaînes, sans vraiment les remarquer, alors qu’elles sont toujours présentes, qu’elles continuent à influer sur notre comportement, sur nos décisions, sur nos peurs, ou nos envies!”

“En fait tu as tiré un trait sur la personne que tu as pardonné!”

“Cela pourrait être vu ainsi, mais ce n’est pas le cas.
J’ai tiré un trait sur l’impact négatif que cette personne pouvait avoir sur moi.
Je n’agirais plus en fonction de ce qu’elle m’a fait, j’ai retrouvé ma liberté.

Si je prends un autre exemple,; un ami proche peux aussi te blesser.
Tu peux garder cette rancune dans un coin de ton esprit, la laisser te polluer, polluer votre relation, ou tu peux décider de pardonner.
Tu ne tires pas un trait sur la personne, tu supprimes l’impact négatif de la blessure sur ta vie de tous les jours.”

“C’est si facile que cela?”

“Non, pardonner n’est pas toujours facile.
Il faut décider de vouloir pardonner, accepter sa décision et alors seulement on peut pardonner. Cela peut se faire très vite, ou prendre des semaines. dans tous les cas, il faut en premier lieu le décider.”

“En fait ton article tient en une phrase, tu as gâché de l’encre pour rien !!!
Déleste toi du mal que les autres ont pu te faire, pardonne les et pardonne toi !”

“Je reconnais ta clairvoyance 😉
Sans le chemin tu n’aurais pas atteint la destination , je te pardonne 😉 “

Faux semblant ? !!

Vous avez remarqué, notre monde se veut de plus en plus aseptiser, prone une tolérance de non aloi.

Plus le droit de parler de handicap, de black, de beur, plus de blague de religion, ou réputée raciste, plus le droit de montrer de publicité d’alcool ou de cigarette, plus le droit de signaler à une fille qu’elle est belle dans la rue, …

La liste est longue et se rallonge tous les jours de nouvelles tentatives de neutralisation, d’écrémage, de politiquement correct.

Et pourtant …..

Avez vous le sentiment que le monde est moins violent, moins raciste, moins fumeur, moins alcoolique, … ?

Moi pas …

Un peu à la mode de l’autruche qui met sa tête dans le sable pour ne pas voir le problème (ou le bambin de 1 an qui joue à cache cache en fermant les yeux), le politique raille un mot du dictionnaire en espérant que le comportement va aussi disparaître ….

Pourtant l’histoire nous rappelle sans cesse que cette attitude à l’effet inverse de celui escompté ….

La prohibition aux états-unis n’a en rien diminuer la consommation d’alcool, au contraire ….

L’absence de publicité pour l’alcool en France n’a en rien modifiée les courbes de  consommation… En près de dix ans la part des 18-25 ans ayant connu une ivresse dans l’année est passé de 33% à 46%, et la part de ceux en ayant connu au moins trois a presque doublé.

Résoudre un problème, faire accepter une différence ne peut se faire que par le dialogue, ni par l’oubli, ni par l’enfouissement ….

Etre handicapé n’est pas une insulte, c’est un fait.

Etre petit, ou grand n’est pas une insulte ni une tare, c’est un fait et un hasard de la vie.

Etre black ou beur n’est pas une insulte, c’est un fait. On peut l’être sans forcément être issue de la diversité.

Bientôt nous n’aurons plus le droit de qualifier un roux par sa couleur de cheveux, devrons-nous dire cheveux de couleur rare ?

Les clivages s’accentuent, l’usage de faux-semblant politiquement correcte ne fait qu’empirer la situation.

Le respect, l’acceptation de l’autre ne peut exister si on ne peut même pas nommer l’autre!

Prétendre protéger n’est dans ce cas que jeter un voile pudique (et publique) sur une situation, s’en laver les mains, tourner le dos à un problème et présenter une tenue d’apparat loin de la réalité, des faits!

Vous êtes blanc, beur, noirs, jaune, rouge, roux, brun, blond, grand, petit, maigre, gros, juif, catholique, musulman, athée, droitier, gaucher, sourd, malt entendant, aveugle, manchot, muet, … Et c’est ainsi!

Changer l’adjectif dont on vous qualifie ne changera pas votre situation!

Nous sommes riche de notre diversité, de notre solidarité, soyons en fier, à bas les faux semblant!

Pluies

La pluie,

Les pluies

Celle qui tombe en un instant, ruisselle
Et disparaît sans autre forme de procès
A peine a t’elle marquée le sol, les ruelles,
Qu’elle est digérée, effaçant les traces de son passage

Celle qui s’installe, qui imbibe, qui dure,
Qui ne part pas vraiment, qui imprègne
Elle marque d’abord son territoire, puis le triture,
S’écoulant par çi, stagnant par là, installant son règne
Elle déplace les sentiers, creuse des ruisseaux
S’accapare l’espace, sculpte son domaine
Lorsque enfin les jours redeviennent beaux
Les changements deviennent pérennes,
La pluie parfois a gagnée
La pluie toujours a marquée

La pluie
Les pleurs….

A mon age!!

L’age….. cette jolie barrière invisible et bien présente qui se dresse entre les générations, cette excuse, cet alibi, ce critère de sélection, cette réalité…

On a plus 20 ans, on a pas tous les jours 20 ans, l’age de raison, l’age ingrat, l’age bête, la fleur de l’age, l’age d’or, chaque âge a ses plaisirs, ….

L’age, plus que la vie de chacun d’entre nous, semble nous définir.

Plus de 50 ans, ta vie professionnelle est terminée! un  semi marathon à 18 ans c’est trop tôt, l’age, encore l’age, toujours l’age.

Il n’est pas rare que je me réfère à mon age, utilisant cette expression comme presque une excuse, “A mon age …”.

Mon age en fait j’en suis fier 😉

Grâce à lui j’ai pu apprendre, j’ai vu, je me suis imprégné d’images, d’émotions, de sensations, j’ai commis des erreurs, je suis tombé, je me suis relevé, j’ai joué, j’ai perdu, j’ai gagné, j’ai souri, j’ai pleuré, j’ai aimé, j’ai donné, j’ai pris, j’ai voyagé, j’ai découvert, je me suis perdu, j’ai lu, j’ai senti, j’ai écouté, j’ai partagé, j’ai guidé, j’ai suivi, j’ai  vécu!

Ces expériences, ces années m’ont forgé, m’ont façonnés et on fait de moi ce que je suis.

J’aurais pu être plein de chose, en apprendre plein d’autres. Les hasard de la vie, mes choix, les avenues que j’ai empruntées, les cul de sac où je me suis engagés, les sentiers tortueux que j’ai parcourus, les chemins boisés m’ont amené ici.

Les années m’ont marqué, pas tant que cela apparemment, j’ai la chance d’avoir une constitution qui m’a permis de passer le cours du temps, de pouvoir vivre mes envies sans trop de souci.

“A mon age”, une fausse excuse, un clin d’œil à la nature qui a été généreuse, à la vie qui est généreuse.

Oh j’ai mes limitations, je vous rassure, comme tout le monde d’ailleurs….

J’ai fait un choix, celui du verre à moitié plein, celui de profiter de ce que j’ai, de ne pas jalouser les autres, de les respecter, de ne pas me morfondre, de vivre.

Ce choix nous pouvons tous le faire…

Pour que nos années comptent, pour ne pas gaspiller ces secondes qui s’égrainent hors de notre contrôle, pour que nos “à mon age” soient chargés de vie, de plaisirs, et pas de tristesse.

A mon age je ne peux plus faire ce que je faisais à 20 ans, c’est un fait! Et alors ?

On ne peux changer le passé! On ne peux que s’en inspirer!

“A mon age”, n’est pas une excuse, c’est un constat, un  oriflamme, un héritage, un vécu, une invitation à redresser la tête, bomber le torse, célébrer la magie de la vie !

A mon age !

 

Casse-Tête

J’aime bien les Casse-Têtes, tout particulièrement ceux qui sont en bois.

Un assemblage de pièces aux formes diverses et variées qu’il faut reconstituer quand les enfants ou des visiteurs ont la bonne idée de vouloir faire les malins et de tout démonter sans pouvoir remonter 😉

casse-tete-bois-bambou-croix  casse-tete-en-bois-le-cube-ser

Pourtant, parfois, point besoin d’aller chercher bien loin, les casse-têtes nous sont livrés sur un plateau!

img_20180403_073239__016959801681724919011.jpg

Laquelle va avec laquelle ?

Pas tout a fait la même couleur…
Tiens celle-çi est plus longue…
Mince la couture n’est pas la même..
Grrrr, l’élastique est plus large sur celle là …

Et encore j’ai de la chance, il y en a un nombre pair, la machine n’en a pas cachée une pour une fois !!