Monthly Archives: June 2017

Les états d’esprit du vendredi #11

Et bien voilà…Le rendez-vous hebdomadaire, celui que tout le monde attend avec plaisir  (lecteur) et anxiété (rédacteur) celui qui a été instauré par Zénopia et The Postman.

Pour participer il suffit de recopier le formulaire ci-dessous, le remplir en pensant bien à noter l’heure de début et de fin.

Ensuite, tu laisses un petit commentaire sur les blogs respectifs des deux instigateurs et le lien vers ton article.

Heure de début : 17h31 (Vendredi 30 Juin 2017)

Fatigue : même pas, week-end dernier un petit peu harassant avec des efforts et deux petties heures de sommeil uniquement, mais tout est revenu dans l’ordre, j’ai récupéré

Humeur : Bof Bof aujourd’hui, deux phénomènes, d’un côté avec cette fusion où tout le monde essaye de montrer qu’il est le plus beau, ce qui m’horripile, et de l’autre pas beaucoup de reconnaissance côté perso pour tout ce que je fais …

Estomac : Hamburger… collection oblige….

Cond. phys : Quelques jours de repos après mon petit raid nocturne, mais j’ai retrouvé mon vélo avec plaisir

Esprit : Pensif, cf humeur, donc ça mouline 😉 ..

Boulot : Ça se précise et cela devient très très politique ….

Culture :  “Je voyage Seule” terminé !! Très bien mais les trame des deux livres se ressemblent un petit peu trop à mon goût.

Penser à : ces P….s de RDV qu’il faut que je trouve le temps de prendre (dentiste, Carte d’identité, …)

Avis perso : Etre présent pour les autres, qui ne le voient pas toujours, une présence pour moi ?

Amitiés : Petit à petit l’oiseau construit son nid

Sorties : un petit restau avec les mômes!! et une virée sur Lyon samedi dernier

Love : des chauds, des froids?

Envie de : Compter pour les autres

Photo: Bête de course, avant le départ  😉

IMG_20170624_120615_cr

Zic : Savoir Aimer

http://www.youtube.com/watch?v=g-gh2hIRhkc

Heure de fin : 17h50

Advertisements

Homme à tout faire ? Femme à tout faire?

Lorsque j’écris un article je me lance sans généralement savoir où les mots vont me porter. Je ne fais pas de brouillon et très peu de correction (vu les fautes d’accords majeurs vous vous en doutiez 😉 )
Ce commentaire est particulièrement vrai pour cet article … On se retrouve à la fin pour voir où j’ai atterri ? 😉

Dans nos sociétés la vie sociale est souvent bâtie autour de la notion de couple (je vais me cantonner au couple hétéro pour des facilités textuelles mais le raisonnement s’applique de la même façon).

Ce couple c’est l’union à la vie à la mort de deux êtres qui doivent être tout l’un pour l’autre. On part ici du précepte que deux personnes peuvent être similaires et différentes de telles manières que chacun va combler les désirs de l’autre.

La femme a son homme à tout faire, capable de réparer la voiture, chasser les souris de la maison, être un bon amant, un bon père, apprécier et être apprécier de ses amis, sa famille, amusant quand il faut, sérieux quand il se doit, solide comme un roc et tendre comme de la guimauve, à même de la protéger, amateur de sports avec son fils, d’art avec elle, écrivain, lecteur passionné, sachant prendre les choses en main et lui obéir aveuglément, féru d’informatique et explorateur avéré, j’en passe et des meilleurs…

Pour l’homme il en va de même, il épouse une mère et un putain, une cuisinière étoilée et une  baroudeuse, une élégante qui se prépare en moins de trois minutes, une maîtresse de maison et une elfe sexy, celle qui épate les copains et rassure les parents, une amatrice de sport cultivée, une amoureuse fusionnelle qui me laisse mes deux soirs par semaine avec les copains, une femme de ménage au main douce, une comptable / juriste fleur bleue, une bonne vivante svelte, qui gère les agendas des enfants, des parents, de la famille en étant toujours disponible, … et la liste est sans fin …..

Comment faire rentrer tout ça dans une seule personne ?

Comment espérer que nos goûts, nos envies restent les mêmes ?

Comment espérer que notre partenaire aura les mêmes envies au même moment ?

Vous allez me dire, non, ce n’est pas possible, il faut trouver un compromis, le sacro-saint compromis ….

Facile ! je vais choisir dans la liste : la fille sexy qui aime le sport et impressionne les copains et cuisine bien.
Mince, ce week-end je vois mes parents, la fille sérieuse qui aime les enfants impressionne mes parents et cuisine bien
J’aimerais bien des mômes, là tout de suite il me faut  la mère efficace et toujours souriante.

Le compromis à géométrie variable ….

et le sien de compromis, il a intérêt à évoluer au même rythme que le mien ….

Casse tête insoluble, surtout dans ne société où les générations sont de moins en moins sujet au compromis?
Couples voués à se renouveler tous les 3 ans  au grand dame des enfants ?

Peut-être … ou peut-être pas ….

Certes les amis peuvent parfois supporter un des rôles de temps à autres, le copain bricoleur, la copine couturière, … mais cela ne peut couvrir qu’une partie de l’espace..

Comment définir un couple dans notre millénaire?

C’est sûr pour nos parents ou grand parent c’était plus facile… Quiconque avait parcouru tous les départements limitrophes était déjà classé comme grand voyageur. Le commun des mortels passait sa vie près d’où il était né, rencontrait peu de personnes nouvelles et ne subissait aucune tentations des mondes virtuels.

Aujourd’hui la différence est partout, la nouveauté partout, les possibilités de rencontre infinies….

Le partenaire ne peut être tout à la fois. Si il essaye de le devenir trop de points ne seront que médiocrement servis.

Ne pourrait-on construire un couple sur de solides bases partagées. Des valeurs communes, des projets communs, une vision similaire du couple de la famille.

Ne pourrait-on accepter le droit à la différence et lui laisser la possibilité de s’exprimer.

Comprendre que de même qu’elle ne peut pas tout nous apporter nous ne pouvons pas tout lui apporter.

Sans jalousie accepter le jardin secret, sans arrière pensée la laisser s’amuser avec ses amis /ies, en toute confiance l’aider à se développer.

Bien sûr tout ceci doit être partagé dès le départ, quelques règles éditées, des limites définies.

Le couple doit rester le principale vecteur de partage et d’épanouissement mais ne doit pas en aucun cas brimer ni limiter les époux.

Être capable sans effets secondaire, sans jugement de lui laisser voir des amis/es seuls/es, aller au ciné ou au concert seul/e, aller en boîte seul/e, avoir un amant, passer des soirées devant son PC ou dans un livre…

OK, vous fonctionnez déjà tous comme ça et j’enfonce des portes ouvertes ou alors vous ne vous êtes jamais posé la question?!

Suite à ma récente séparation j’ai eu le loisir de regarder ce qui me manquait, ce qu’il me fallait et je suis de plus en plus persuadé que je ne peux tout trouver dans une seule et même personne.

Clafoutis

Ce matin une recette, oui, je sais, encore une nouveauté 😉

Hier soir, un panier de cerise devant moi.
Je suis fan de cerise, en principe, mais là, pas trop…
Elles ne sont pas appétissante, elles ne sont pas très sucrées, elles ne font pas envie…

Une idée me traverse l’esprit, un clafoutis ….

10 mn de marche pour trouver les œufs qui me manque et c’est parti.

Ingrédients:

  • 600 g de cerises pas forcément très bonnes
  • 40g + 20g de beurre Demi-Sel
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 100 g de farine
  • 60g de sucre
  • 1 pincée de sel
  • 4 œufs 3,5 œufs
  • 20 cl de lait

Rincer les cerises et les équeuter. (vous pouvez enlever les noyaux si vous le souhaitez, mois pas 😉 )

Faire chauffer votre four à 210°C.

Faire fondre 40g de beurre au micro-onde dans un gobelet en plastique (30 sec / 900 W)

Mettre dans un cul de poule farine, sucre vanillé, sel, sucre et mélanger.

Ajouter les œufs un par un en remuant bien. Nettoyer le jaune du 3éme œufs qui est tombé par-terre.

Ajouter le lait en remuant sans cesse.

Beurré très très généreusement le plat avec les 20g de beurre restant.

Placé les cerises élégamment puis verser délicatement la préparation…

Enfourné.

Après 10 mn baisser la température du four à 180°C (ouvrir la porte quelques instants pour aider à la diminution de chaleur)

19mn de four supplémentaire et vous pouvez sortir le Clafoutis!!IMG-20170626-WA0006

Quelques minutes plus tard ….

IMG_20170626_234055

Randonnée VTT Nocturne

Je n’ai jamais écrit de récit de course mais devant les questions multiples j’ai décidé de m’essayer à l’exercice.

2016-Gilles-Reboisson-0532-960x640

Ce week-end j’ai donc pris part à la 1ère éditions de la SaintéLyon à VTT.

La SaintéLyon, Kesako vous allez me dire à juste titre 😉
En fait il s’agit à l’origine d’une randonnée pédestre entre Saint-Etienne (ma ville de naissance) et Lyon. Le parcours a changé régulièrement au cours du temps pour se stabiliser à une distance de 75km pour un dénivelé positif de 1800 m.
La course a lieu le premier Week-end de Décembre, avec un départ le Dimanche matin à Minuit.

J’ai  couru la SainteLyon à pied à quatre reprise, avec une année “héroïque”, -18°C au départ et 30 cm de neige dans les monts du Lyonnais….
Mon meilleur temps 10h13mn

Étant un passionné de VTT je n’ai pas hésité à m’inscrire dès que j’ai entendu parler de la SainteLyon VTT.
Le format est légèrement différent, départ à 21h, le dernier Samedi de Juin, 72km et 2000 m de dénivelé positif.

Cette course présente trois difficultés, la nuit complète, la distance (très long pour du VTT) et le dénivelé conséquent.

Pour la nuit je n’ai pas trop d’inquiétude, je me rends au boulot en vélo très régulièrement et en hiver lorsque je rentre il fait nuit. Je suis donc équipé d’éclairage, il me faudra uniquement me préoccuper de la longévité des batteries.

Pour la distance et le dénivelé j’ai décidé d’adapter un petit peu mes parcours VTT. Je les gonfle en dénivelé et j’essaye de parcourir au moins la distance de la course sur la semaine (1 sortie week-end de 40km, deux sorties semaine de 15 à 20km). L’entraînement se déroule sans vraies surprises et je suis assez serein à la veille de la course, je pense pouvoir effectuer le parcours en moins de 6h00

Une difficulté est venue s’ajouter au programme, la canicule ….
Comment se vêtir pour la course, comment s’hydrater suffisamment?

J’opte pour une tenue avec une couche débardeur près du corps et un maillot manche courte, un maillot manche longue au cas ou dans le sac, pas de coupe-vent, un camel bag de 1,5l et un bidon de 0,75cl.

Samedi matin, 9:00 je suis dans mon TGV direction Lyon où je peux tranquillement terminer “Je voyage seule”. Une fois à destination je remonte mon vélo (démonté pour les besoins du trajet) et je file chercher mon dossard au Palais des sports.
5 mn de queue, 2 cadeaux et me voici en route pour la place Bellecour histoire de manger tranquillement en terrasse.

J’entends un bruit régulier, comme si il y avait du frottement …. Cela provient de ma roue avant.
Je m’arrête et je constate avec effroi 😉 que ma roue est crevée et que ce n’est pas un frottement mais l’air qui s’enfuit….
Bon, mon pneu et ma chambre à air sont neufs, moins de 10 km …. Cela s’annonce bien ….

En quelques longues minutes sous le cagnard je change ma chambre à air et je repars!

La remonté des quais du Rhône est assez agréable!

Après avoir pris mon repas je décide d’aller directement sur Saint-Etienne. 50 mn de train avant de me mettre en quête de 2 nouvelles chambres à air …( 1 pour remplacer celle du matin et 1 supplémentaire) j’en ai désormais 3 de rechange !

Connaître une ville c’est pratique pour trouver des magasins, sauf que quand on n’y vit plus depuis 25 ans les choses changent …. Les magasins de cycles de mon enfance ont disparus et je dois m’en remettre à Google Maps pour en trouver un!

Je peux alors m’attabler sur une terrasse, commander un diabolo grenadine que je vais siroter tranquillement en lisant puis une plâtrée de pâtes….

19h00 je prends la direction de sorbiers, lieu de départ.
En chemin je m’arrête dans un coin tranquille pour me changer, préparer le sac que l’organisation va transporter jusqu’à l’arrivée et faire mes dernières vérifications.

20h05 me voilà arrivé sur le lieu du départ, avec déjà 30 km au compteur…
Une barre de céréales, quelques verres de Coca et d’eau et me voilà à attendre avec les 1800 autres coureurs le départ ….

IMG_20170624_212534

Si le départ était prévu à 21h00 ce n’est qu’à 21h40 que je peux enfin m’élancer, avec une vague de 30 coureurs. Pas de stress, juste de l’envie, et un ciel qui est devenu noir …..

Quelques hectomètres de plat et voici la première montée, large et garnie de supporters. Je l’aborder tranquillement, sans trop forcer, l’objectif est de passer la ligne d’arrivée.

La foudre se fait entendre au loin, et, sans plus de  manière, nous voici sous des trombes d’eau. Cela durera pendant près de 2 heures, un spectacle magnifique que nous pouvons observer de nos crêtes humides, sous le grondement du tonnerre, une fois à droite, une fois à gauche.

Il fait chaud, nous sommes en plein effort, malgré les conditions dantesques je n’ai pas froid.

Les montées se font plus délicates, régulièrement nos roues arrières dérapent, nous obligeant à mettre le pied à terre, et bloquant ainsi une file de coureurs.
Les descentes deviennent périlleuses, à fond dans la nuit, sur des chemins étroits et parsemés de cailloux de toutes tailles. A plusieurs reprises je mettrais pied à terre pour ne pas prendre de risque, deux fois je tomberais, sans gravité.

Les km s’enchaînent, le parcours est difficile, technique, de nombreux passages ne sont pas praticables avec ma technique. Je ne suis pas le seul à mettre pied à terre et je prends même un malin plaisir à monter plus haut que ceux qui m’entourent (ego mal placé !!!).

Je m’arrête à peine au premier ravitaillement, je suis trempé des pieds à la tête et je crains de prendre froid. J’essaye de m’astreindre à me ravitailler correctement. en fait c’est beaucoup plus difficile en VTT qu’à pied. Dans les montées je ne peux pas ôter mes mains du guidon et dans les descentes c’est trop dangereux … Je profite donc de chaque route goudronnée pour me désaltérer et avaler une barre de céréales ou un bout de gâteau.

Un gros coup de mou autour du 40ème Km, des montées très pentue, des descentes où il faut être très vigilent, pas de répit, une forme de lassitude qui s’installe. Je m’accroche, et j’avance, tour de pédale à tour de pédale, sans regarder les km qui défilent, ou pas …..

Finalement me voilà au dernier ravitaillement, plus que 20 km avant l’arrivée et un parcours globalement descendant. Je prends le temps de boire et manger et c’est reparti!

Les montées se font au ralenti, mais je suis dans le rythme des personnes autour de moi. Beaucoup de passage peu praticable, de file indienne lente, vélo à la main. Bizarrement sur les parties plus plates j’avance bien et je double pas mal de monde, je ne suis pas très frais mais encore lucide et avec de l’énergie on dirait.

Une dernière montée, au moins à 18%, et ce sera la descente …  Ah non, ce n’est pas le même parcours final, il faut remonter…. et encore remonter …. beaucoup ont mis le pied à terre mais j’irais jusqu’en haut , ou presque.
Un dernier effort et la descente succède à la descente, puis  5 étages de marches (à pieds !!) avant de rejoindre les quais de Saône.

Je regarde ma montre, dans 5 minutes cela fera 6h00 !!!!

Je mets le turbo et je fonce dans la nuit Lyonnaise.

Un dernier virage à gauche et la ligne d’arrivée me tend les bras!

IMG_20170625_045218

6h01mn et une grosse poignée de seconde!!

Je l’ai fait et je suis très content de mon temps !!!!!

 

Les états d’esprit du vendredi #10

Ça y est on y est…Le fameux rendez-vous hebdomadaire instauré par Zénopia et The Postman.

Pour participer il suffit de recopier le formulaire ci-dessous, le remplir en pensant bien à noter l’heure de début et de fin.

Ensuite, tu laisses un petit commentaire sur les blogs respectifs des deux instigateurs et le lien vers ton article.

Heure de début : 23h53 (encore Vendredi 23 Juin 2017 !!!)

Fatigue : Légère, malgré la chaleur étouffante la nuit

Humeur : Excellente,

Estomac : Macaron Framboise, Infusion Réglisse Menthe….

Cond. phys : Quelques jours de repos avant mon petit raid nocturne….

Esprit : Pensif .. (ok, par définition ….) Curieux donc ….

Boulot : Ça se précise et cela devient intéressant ….

Culture : Fête de la Musique ….. Encore dans la lecture de “Je voyage Seule”

Penser à : Tout prendre pour mon vélo demain…. et ces P….s de RDV qu’il faut que je trouve le temps de prendre

Avis perso : Quel réchauffemet climatique ??

Amitiés : Petit à petit l’oiseau construit son nid

Sorties : Fête de la musique….. Restau Boulot

Love : Pour l’Hibernation; il y a une durée mini et maxi ?

Envie de : Commencer ma course!!!

Photo: Faite de la musique 😉IMG_20170621_210455

 

Zic : Et un jour une femme

Heure de fin : 23h59 + 6 mn

 

Fête de la Musique

Ce soir c’est la fête de la musique, une de mes journées préférées de l’année, une journée que je ne manquerais pour pas grand chose au monde.

J’organise mon agenda et mes déplacements pour être présent sur Paris ce jour là et pouvoir en profiter pleinement.

Le déroulement de ma soirée est généralement assez simple, je choisis un quartier, presque aléatoirement (le marais, Saint-Michel, Canal St Martin, Bastille, Rue Mouffetard, …)  et je déambule dans les rues, m’arrêtant à chaque “animation”.
Je m’attarde alors, pour quelques secondes, ou quelques chansons, au gré de mon intérêts, de l’ambiance.

Cette soirée est une soirée de découverte, d’émotions, de partage, de convivialité.

Les chanteurs, les musiciens partagent leur monde, leurs rêves.

Les passants leur rendent des émotions, des avis, des applaudissements.

Une soirée généralement sous le soleil, pleine de sourire, de rencontre, que demandé de plus !!

 

 

Anonymat ou pas ?

Une des premières questions qui se posent lorsque on décide de s’aventurer sur le net est la question de l’anonymat.

Le net ne perd pas la mémoire et donc tout ce que l’on écrit, like, valide, déteste ou même lit est répertorié quelque part.

Si le fait que les autorités judiciaire puissent remonter vers l’auteur de tout message ne me gène pas trop je n’apprécie pas par contre que Google ou d’autres sites aient cette même possibilité. Il suffit déjà de constater les publicités qui s’alignent automatiquement sur nos recherches Google pour avoir une idée de tout ce qui est conservé de nos activités sur la toile.

Sur le net je vis donc, autant que faire se peut, dans l’anonymat et n’utilise que des pseudonymes.

Le blog est un terrain de jeu très particulier. Soit on y présente ses recettes de cuisines, ses conseils beauté ou ses activités de coaching et de photo, soit on s’y livre.

Ayant choisi la dernière option j’ai également fait le choix de l’anonymat.

  1. Lorsque je serai candidat à la présidence de la République 😉 , je ne souhaite pas que la presse remonte mes écrits truffés de fautes d’accord!
  2. Lorsque j’écris je ne veux pas me mettre de filtre, pas préserver de susceptibilité, pas jouer de rôle, pas écrire pour plaire. Dans l’anonymat c’est plus simple.
  3. J’ai choisi les personnes de la vie réelle qui connaisse mon blog (2 seulement)
  4. Dans tous blogs on passe avec quelques personnes du virtuel au réel, cela se fait naturellement et mon identité sera alors connue de certains ou certaines.
    La seule difficulté sera alors de garder ma liberté d’expression!
  5. D’anonyme je peut devenir identifié, si je suis identifié je ne peux plus faire le chemin de l’anonymat …

Même dans l’anonymat se pose toujours une question: peut-on aborder tous les sujets sur un blog ou doit-on tenir en parallèle plusieurs blogs pour traiter tous les sujets qui nous tiennent à cœur?

Si je voulais publier des textes érotiques, parler de ma passion pour les cannettes de soda, écrire des tribunes politiques, pourrais je le faire ici ou devrais-je me construire une autre identité ?

Combien d’entre-vous maintiennent plusieurs mondes parallèles?

Sur mes blogs j’ai toujours essayé d’être au plus près de moi, d’enlever tout masque, tout verni. Me livrer dans mes doutes, mes certitudes, mes envies, mes rêves, mes déceptions, quels qu’ils soient, en un seul lieu me semble faire plus de sens!

Ce moi anonyme, celui qui ne peut être affecté par les jugements des autres, celui qui peut continuer le partage total et l’écoute sans arrière pensée!

Alors, anonyme ou pas ?

Les états d’esprit du vendredi #9

Les Vendredis se suivent et ne se ressemblent pas, sauf pour les états d’esprit du vendredi. Initiative de Zenopia et du Postman.
Vendredi 16 Juin: 21H20
Fatigue : Des nuits correctes, pas trop de stress, pas de fatigue physique ni morale
Humeur :Très bonne, la météo fût vraiment cool
Estomac: Petite tisane et carré de chocolat 🙂
Esprit: assez serein boulot et perso, mais gardons le rythme
cond. phys. : plutôt bien, aujourd’hui aller retour vélo et footing à midi 😀
boulot : L’intégration avance…..
culture : j’ai dévoré “le Hibou”, très bon polar et je recherche maintenant “la fille seule”. Le dernier “Beauty and the beast” est assez réussi
penser à : organiser mes vacances, prendre un rendez vous chez le dentiste
avis perso : Comme la foudre la maladie frappe aveuglement
amitiés : on ne perd jamais les vrais amis ….
Love :en phase d’hibernation partagée
Sorties : semaine trop calme
Courses:fête des pères !!!
Envie de: ben en fait j’arrive à peu près à me satisfaire en ce moment …
Soleil pour la fête de la musique alors!!
Photo: une petite piscine pour se rafraîchir
img_20170611_192738.jpg
 Zik:Time after time – Cundy Lauper

Garder le rythme!

Quand tout va mal, quand on est au fond du trou, quand la seule option est de trouver une solution pour remonter,alors,  il est facile de prendre des résolutions, des grandes décisions, de mettre des plans d’action en place, de se bouger pour s’en sortir.

Puis, petit à petit, on remonte la pente, les voyants se mettent au vert, un à un, les premiers rayons de soleil apparaissent et nous réchauffent le cœur.

Tout devient plus facile, si facile que l’on commence à se relâcher, à ne plus suivre son plan de très près, à prendre des libertés sur ses résolutions, à s’endormir sur ces progrès.

Alors oui, on ne retombe pas, on ne s’effondre pas tout de suite, simplement on stagne.
On ne vit plus vraiment, on végète.
Les événements ont repris le contrôle de notre vie. De conducteurs nous sommes devenus passager.

La vie que l’on a rêvée, celle que l’on a commencé à rebâtir, celle qui nous a permis de nous en sortir, s’éloigne, petit à petit. Elle devient floue, vaporeuse, un rêve inatteignable…

Pourtant le chemin était tracé, l’objectif clair, c’était possible!
Il suffisait juste de garder le rythme, d’un petit peu plus d’abnégation, de volonté pour continuer sur cette voie!

Combien de fois avons-nous pensé que ce n’était pas grave ? Que ce n’était pas une petite entorse à notre nouvelle discipline qui allait tout chambouler?
Puis l’exception s’est faite plurielle.
Puis la facilité l’a emportée sur la volonté.

Du désespoir étaient nés l’espoir et la discipline, sous le soleil ils se sont évaporés.

Est-ce dans la nature humaine d’abandonner la quête de ses rêves dans le confort ?

Je le crains!

Mais je ne vais pas succomber, mon plan est toujours tracé et je ne vais pas l’abandonner.
Par respect pour le chemin déjà parcouru, par respect pour ceux que la maladie ou la malchance accable, par respect pour la vie, je vais garder le rythme!!!

Les états d’esprit du vendredi #8

Me revoilà pour les états d’esprit du vendredi. Initiative de Zenopia et du Postman.
Vendredi 9 Juin: 19H45
fatigue : Des nuits très courtes cette semaine mais pas de fatigue physique
humeur :Très bonne
estomac: Quiche / Chocolat en apéro …
esprit: assez serein boulot et perso
cond. phys. : pas eu trop de temps pour faire du sport mais ça va été malgré tout
boulot : Le premier choc passé, la nouvelle organisation se dessine…..
culture : j’ai lu “La fille de Papier”, très très bien et j’ai attaqué “le Hibou”
penser à : organiser mes vacances, prendre un rendez vous chez le dentiste, réparation batterie voiture
avis perso1 : il y a tant de belles personnes ici, dont certains mériteraient un compagnon qui les  choie
avis perso2 : sous ses airs de premiers de classe notre président nous prépare de belles entourloupes…
amitiés : j’ai renoué avec quelques personnes que j’avais à tord un petit peu délaissées….
Love :en phase d’hibernation partagée
sorties : deux jours au bord de la mer, une journée à Lille, ça compte .
Courses: il me faut changer la roue libre de mon VTT et le pneu arrière donc achat en vue.
Envie de: repos et nature.
Photo:  J’ai enlevé les pavés !
IMG_20170605_063932
 ZIK:  Je m’en fous